En phase de préparation de votre projet, posez-vous la question de la surface de votre habitation que vous souhaitez chauffer. Quel est votre mode de vie ? Etes-vous souvent à votre domicile ? Dans quelles pièces passez-vous le plus de temps ?

La réponse à ses questions aura une incidence sur l’appareil que vous devrez choisir,  son emplacement et sa puissance. Vous ne pourrez pas tout faire en terme d’installation, l’emplacement sera contraint par la configuration de votre pièce et les contraintes techniques de raccordement de l’appareil.

Si vous souhaitez chauffer l’ensemble ou une partie de votre maison

2 solutions seront étudiées par le spécialiste auquel vous confierez le diagnostic de l’existant :

  • Vous pourrez opter pour une chaudière à bois ou à granulés comme chauffage central. Celle-ci, installée dans votre garage, est reliée à des radiateurs installés dans chaque pièce dont vous gèrerez les thermostats et donc le niveau de température d’une pièce à l’autre.
  • Vous pourrez choisir un poêle ou un foyer équipé d’un système de redistribution d’air chaud. Oubliez l’idée de chauffer toute une maison avec une cheminée à foyer ouvert. Préférez un insert éventuellement équipé de récupérateur de chaleur qui propulse l’air dans les autres pièces. Quelles que soient vos envies, le professionnel qui effectuera les travaux étudiera la meilleure formule pour gérer au mieux l’ensemble de l’équipement, c’est-à-dire la pose de l’appareil en lui-même ainsi que les gaines qui servent à acheminer la chaleur de l’appareil vers les différentes pièces.

Si vous choisissez de ne chauffer qu’une seule pièce

Le poêle ou le foyer fermé sera en général installé dans la pièce de vie principale, qu’il s’agisse du salon, de la salle à manger ou d’une cuisine ouverte sur salon car il s’agira avant tout de chauffer ces mêmes pièces. L’emplacement sera étudié en considérant :

  • la présence ou non d’un appareil existant, qu’il soit à rénover (pose d’un insert dans une cheminée par exemple) ou à changer (pose d’un poêle, construction d’un foyer fermé)
  • la présence ou non d’un conduit de cheminée qui assurera l’évacuation des fumées : dans le cas d’un conduit existant, l’emplacement du poêle dépendra des possibilités de raccordement, étudiées après diagnostic complet de l’état du conduit
  • les possibilités de gestion d’arrivée d’air indispensables pour un bon fonctionnement de l’appareil
  • l’environnement dans la pièce choisie : présence ou non de matériaux inflammables qui influencent l’installation (pose de protections murales et/ou de plaque de sol pour protéger l’existant)

Les critères liés à votre habitation

Si le nombre de pièces à chauffer et leur disposition participent au choix du type d’appareil, d’autres facteurs liés à la maison en elle-même sont également essentiels pour déterminer la puissance de l’appareil choisi :

  • l’année de construction : elle déterminera le niveau d’isolation du logement et orientera le professionnel dans ses préconisations de puissance d’appareil requise par m². Un point de comparaison :
    • Pour une maison construite avant 1974 : besoin de 250 W/m²
    • Pour une maison RT 2012 : besoin de 40 W / m²
  • le niveau d’isolation : plus une maison est récente, plus elle est construite avec des matériaux répondant aux normes en vigueur en terme d’isolation
  • l’implantation géographique : le climat dicte de facto les besoins en chauffage. Inutile de préciser qu’un habitant de Marseille n’a pas les mêmes besoins en chauffage qu’un habitant de Strasbourg !

L’Expert sera vigilant sur la puissance de l’appareil recommandé. Un appareil trop puissant, surdimensionné par rapport aux besoins de l’habitat, chauffera de façon excessive. L’utilisateur aura donc tendance à le faire fonctionner au ralenti ce qui générera des dysfonctionnements, un encrassement plus rapide du conduit et une augmentation des coûts liés à l’entretien de l’appareil (nécessité de ramonages plus fréquents). A contrario, un poêle sous-dimensionné n’apportera pas le niveau de chauffage attendu.

D’où l’importance de bien évaluer son besoin et le volume des pièces à chauffer afin de choisir la puissance optimale du poêle à granulés, à bois ou de l’insert.